L'origine du Singapura

​Copyright © Lucie Albert Michaud. All rights reserved.

          ​Suivez-nous sur

​​Le Singapura est un petit chat très curieux, extraverti et très intelligent. Sa curiosité maladive l’amène à fureter dans tous les recoins de la maison. Malheureusement, cette curiosité excessive a pour conséquence qu’il se retrouve enfermé bien souvent dans endroits inusités. Ce petit félin actif adore jouer, même à l’âge adulte. Pour lui, tout peut devenir une nouvelle aventure. Il aime se jucher en hauteur, mais surtout, il voudra se lover sur votre épaule.

Ce chat réclame de l’attention. Il aime être le centre d’attention. Il aimera vous suivre dans vos activités et il s’impliquera volontiers dans celle-ci. Il a la manie de toujours se mettre au beau milieu de tout ce que vous faites.

Le Singapura est très affectueux. Il est très sensible aux états d'âme de son maître qu'il suit partout et à qui il voue une confiance inouïe. Ce chat manifeste sans cesse le besoin d’avoir un contact physique avec son maître. Il sera bien volontiers à vos côtés toutes les nuits à se blottir sous votre couette et il viendra se coucher sur vos genoux ou sur votre ventre.

Ce petit félin n’est pas très bavard, il possède une voix délicate qu’il utilise avec  un vilain plaisir pour se plaindre, mais surtout pour attirer votre attention et vous faire valoir son point de vue. Le Singapura est un chat très expressif, il suffit de plonger dans son magnifique regard pour comprendre ce qu’il veut.

Le Singapura n’est pas un chat bagarreur. Il aime la compagnie des autres animaux et des enfants. Très social, il mettra un point d’honneur à accueillir à la porte vos visiteurs.

Comme il n’a pas de sous-poil, il n’aime pas le froid et apprécie par-dessus tout la chaleur. Donc ses endroits préférés sont les endroits ensoleillés, les dessus d’ordinateur, les radiateurs, etc.

Le Singapura est un chat équilibré qui aime être entouré de gens et il a besoin de se sentir aimé. Il ne peut s’épanouir s’il passe ses journées seul. La vie en appartement lui convient très bien. Il y retrouvera un environnement distrayant ou il explorera le moindre recoin. Il dormira sur le rebord d’une fenêtre et s’il reçoit beaucoup beaucoup d’affection cela fera de lui un chat épanoui et heureux.

Khaleesys  Bengal & Singapura

Le tempérament du Singapura

                                                                        Le Singapura, une race jeune à l'origine controversée…

                                                                        Le Singapura, comme son nom l’indique, est originaire de Singapour en Asie du Sud-Est, mais                                                                           la race a été développée aux États-Unis. Le Singapura vit en Asie à l’état semi-sauvage, se                                                                              nourrissant la nuit dans les poubelles des restaurants et dormant, le jour, là où il peut ! En                                                                              1974, un couple américain : Hal et Tommy Meadows, éleveur de Burmese, remarquent des                                                                               ombres nacrées dans les lumières de la nuit asiatique. Ils recueillent près d’un port de pêche,                                                                          deux chatons, un frère et une soeur, ainsi qu'une autre femelle qu’ils ont appelée Tess, Tickle                                                                          et Pusse. Mariés ensemble, ils donnèrent naissance à deux chatons, George et Gladys. Séduits                                                                          par ce chat au pelage tiqueté, ils apportent aux États-Unis en 1975 les cinq chats sans trop de                                                                          difficultés, car le gouvernement de Singapour de l’époque n’était pas encore conscient de la                                                                              richesse de ce patrimoine national. En 1980, une autre femelle, Chiko, vient agrandir la                    famille. Ainsi commence l’aventure du Singapura. Ces chats, initialement connus comme les chats de gouttière de Singapour, sont à                    l’origine de la race. Le développement de la race est marqué par une controverse sur l'origine des chats fondateurs. Des Burmese auraient          été utilisés au départ afin de fixer les caractéristiques et les standards de la race. Une enquête de la Cat Fancier Association (CFA) l’amène          à conclure que le Singapura forme bien une race naturelle, bien que la polémique ne soit toujours pas terminée.

         Aujourd'hui, les "Singapuras" de Singapour répondent au doux nom de "Kucinta", traduisez "chats d'amours". L’office du tourisme de                   Singapour fait d’ailleurs du Singapura sa mascotte nationale à la suite de l’acceptation du Singapura comme race naturelle.  Il est                       quasiment impossible, depuis plusieurs années, d'importer des chats originaux de Singapour, ce qui rend plus difficile l'élevage de cette               magnifique race.

         Lors de leurs premières apparitions aux Etats-Unis, les Singapuras remportent un vif succès. En 1984, la TICA (the international cats                   association) reconnaît comme race à part entière le Singapura. Elle fut la première fédération féline à accepter le Singapura en                           championnat, suivit de près par les autres fédérations félines. Aujourd’hui, le succès du Singapura est croissant, même si la race est peu             connue, l’on trouve maintenant des éleveurs de Singapura partout dans le monde.


         Le Singapura est connu pour être la plus petite race de chat au

         monde, ces félins sont en réalité de taille petite à moyenne et 

         peuvent peser de 4 à 6 lbs pour une femelle et de 5 à 8 lbs pour

         un mâle. Le Singapura ne peut cependant pas être jugé que par

         sa petite taille, car il est unique par bien des points. Ce qui vous

         captive en tout premier chez le Singapura, ce sont ses yeux. Une

         légende dit qu'ils sont grands parce qu'il avait besoin d'écarquiller

         les yeux pour bien voir dans les égouts de Singapour. Sa fourrure

         est unique, elle est tiquetée, tout comme le lièvre, le sanglier, le

         hérisson, etc... Elle lui permettrait de se camoufler sans difficulté

         s'il vivait à l'état sauvage.